« A Paray je vide mon sac, ça m’apaise ! »